Altillac - Produits du terroir et traditions Imprimer Envoyer

Altillac et le Bas Pays de Brive, saveurs et traditions

 

Noix du PérigordLa Noix

Le noyer a toujours trouvé sur les terres du "Périgord" tous les éléments pour y prospérer.

La Dordogne et la majeure partie des départements qui la bordent - Lot, Corrèze, Charente - ont su ne faire qu'un, pour offrir à la noix toutes leurs richesses et constituer un authentique terroir : celui de la "Noix du Périgord". 578 ! c'est le nombre de communes qui constituent l'aire d'implantation des noyers pour l'AOC Noix du Périgord, représentant 7004 hectares.

L'AOC estampille 4 variétés - Corne (la rustique), Marbot (la traditionnelle), Grandjean (la typique) et Franquette (la courtisée) - et consacre les usages. Ainsi, le consommateur trouvera noix fraîche (Marbot et Franquette), noix sèche (Franquette, Marbot et Corne), cerneaux (Franquette, Corne et Grandjean).

De nombreuses recettes locales mettent à l'honneur ce fruit à coque : gateaux, soufflés, chocolats... et huile bien sûr !

Pour mieux la connaître, n'hésitez pas à emprunter la Route de la Noix, à la découverte des vergers, des producteurs et de leurs spécialités.

Plus d'information sur le site du syndicat : www.noixduperigord.com

 


• Le Veau de LaitVeau de Lait

Fleuron de notre gastronomie limousine, le veau de lait sous la mère est élevé selon un cahier des charges garant de la qualité de cette spécialité du bas pays de Brive. Il bénéficie de soins tout particuliers prodigués par des éleveurs passionnés perpétuant un savoir-faire artisanal d'excellence.

Le veau de lait est élevé dans des fermes familiales. Il est nourri exclusivement avec le lait maternel à volonté, pris directement au pis de la vache. Cette technique à la fois simple et naturelle permet à la filière de proposer une viande de qualité exceptionnelle qui a obtenu le Label Rouge dès 1971.

Plus d'information : www.veausouslamere.com

 


Fraises, gariguettes Les Fraises et les fruits rouges

Le mot fraise vient du latin "fragare" qui signifie "sentir bon". La fraise des bois est l'ancêtre des fraises de culture. En 1714, François Amédée Frazier, cartographe et officier de marine, parti au Chili relever des plans de fortification, rapporta dans ses bagages des pieds de fraises des bois qu'il essaya d'acclimater dans son jardin de Plougastel (Bretagne). En croisant deux variétés de fraises, il obtint ainsi d'énormes fraises charnues. Ces dernières se répandirent en Europe et seraient à l'origine, après d'autres croisements, des fraises à gros fruits que nous connaissons aujourd'hui, Il en existe plus de 600 variétés qui diffèrent de taille, de texture, de couleur et de saveur (gariguette, charlotte, mara des bois, selva, Aromas...).

La récolte de fraises en France s'élève à 50 000 tonnes pour une consommation de 110 000 tonnes, soit l'équivalent de 2,5 kilos de fraises en moyenne par français et par an.

La gariguette est une variété française obtenue par l'Institut National de la Recherche Agronomique. C'est la fraise la plus produite sur le territoire national (56% de la production est localisée en Aquitaine).

A Beaulieu, qui fête ce fruit rouge chaque 2ème dimanche de mai par une grande fête, le volume s'élève à 400 tonnes soit 1% de la production hexagonale. La majeure partie de la production est toujours en culture traditionnelle.

La Corrèze fait également la part belle à d'autre petits fruits rouges tels que la framboise...

 

 


C√®pes de Corr√®ze Les Cèpes

Cèpes, girolles, morilles... En automne, quand humidité et douceur cohabitent encore, cet or gastronomique que sont les champignons, attire cueilleurs et gourmands dans les bois limousins...

La cueillette des cèpes est une activité prisée en Corrèze : rien ne vaut une poëlée de cèpes fraîchement ramassés avec plaisir le temps d'une promenade... Star incontestée des champignons, le cèpe se prête volontiers à la préparation de nombreuses recettes pour accompagner viandes et gibiers, ou simplement en omelette avec un morceau de pain grillé et un verre de vin... Vraiment, il ne sert à rien de se compliquer la vie...

 

 


Pommes du Limousin et Chataignes Les Pommes et les Châtaignes

L'existence de vergers en Limousin est très ancienne. Autrefois, on plantait les coteaux bien exposés et trop pentus pour être cultivés. Hors saison, ils étaient nettoyés par le pâturage de moutons ou de vaches. De nombreuses variétés existaient mais beaucoup ont disparu à cause de l'introduction de variétés mieux adaptées au marché. La "golden" est introduite en Limousin dans les années 50 et c'est sur cette variété que l'effet terroir est le plus visible. La reconnaissance en AOC est demandée en décembre 1994 et reconnue le 17 juin 2004. La pomme du Limousin est légèrement allongée et d'un calibre minimum de 65. Sa chair est blanche et ferme, sa texture croquante, juteuse et non farineuse.

A déguster au couteau, elle est aussi l'ingrédient de base de nombreuses spécialités locales dont la fameuse flognarde, sorte de clafouti aux pommes.

Autre fruit auquel les tables corrèziennes réservent une place de choix : la châtaigne... Blanchie, grill"e, seule ou en accompagnement de viande rouge... Elle se consomme aussi dans le boudin ou en farine pour la pâtisserie... Le terroir limousin est la terre, par excellence, du châtaignier. Si bien que dans les temps reculés de notre civilisation, la châtaigne du limousin a servi à nourrir aussi bien les hommes que les animaux et, notamment, les cochons. Parmi ces derniers, ceux de la race dite "Cul Noir" si bien implanté en Limousin en général...
Dans les fermes limousines, les longues soirées d'hiver étaient occupées à débarrasser les châtaignes de leur coque brune.

 

 


Le Vin PailléVin paill√©

Altillac borde la zone traditionnelle de production de ce nectar. Le Vin Paillé est enfant du sud de la Corrèze. Il constitue un élément de notre patrimoine local. Dès le moyen age, les artisans vignerons travaillent à son élaboration et mettent patiemment au point la vinification de ce vin.
C'est François PLANCHARD de la GREZE, propriétaire vigneron de Brivezac, qui en 1821, retrace la fabrication du Vin Paillé.

A la fin du XXème siècle est créé le syndicat du Vin Paillé de la Corrèze. Il fédère aujourd'hui une vingtaine d'Artisans Producteurs, répartis sur une zone de production composée de 26 communes sur les cantons de Beaulieu sur Dordogne et Meyssac.

La récolte des meilleures grappes se fait à la main. Celle-ci sont déposées sur des claies doublés d'un lit de paille avant d'être mises à sécher dans des locaux aérés naturellement. Lors du passerillage, le raisin perd son eau et se concentre en sucre et arômes. Il ne faut pas moins de 7 à 8 Kg de raisins pour produire 1 litre de vin paillé !

A l'approche de Noël, les raisins sont pressés, le Vin Paillé est ensuite élevé pendant 2 ans minimum, puis mis en bouteille.

Plus d'information : www.vin-paille-correze.com

 

 


Branceilles, vin de Mille et Une Pierres• Mille et Une Pierres - Vin de Branceilles

Le vin de Branceilles en Basse-Corrèze est une "redécouverte"...

Longtemps oubliée, abandonnée même, au profit de chênes truffiers plus rentables, la vigne avait pour ainsi dire disparu... En 1986 quelques agriculteurs, audacieux et passionnés, relancent la production ! Une toute petite production pour commencer, préférant la qualité à la quantité.

Sur des coteaux idéalement exposés, 30 hectares plantés en Gamay, Merlot et Cabernet Franc donnent trois vins : un rosé à boire jeune, frais et désaltérant, un rouge de cuve et un rouge passé en barrique à laisser en cave...

Il aura fallu quelques années aux viticulteurs réunis en coopérative pour retrouver et même améliorer le vin d'antan, mais le résultat en vaut la peine pour un prix très intéressant ! Ne manquez pas la cuvée Mille et une Pierres.

Des arômes fruités, une robe d'un rouge profond caractérisent ce vin. Assez tannique, il accommode à merveille les charcuteries corréziennes !

Cave coopérative - Bourg de Branceilles - 05 55 84 09 01




• Le Vin de Pays des Côteaux de Glanes

Pour avoir droit à la dénomination " Vin de pays des coteaux de Glanes é, les vins doivent être issus de vendanges récoltées sur le territoire des communes suivantes dans le département du Lot : Glanes, Bretenoux, Cornac, Prudhomat, Saint-Michel-Loubéjou, Belmont-Bretenoux et Saint-Laurent-les-Tours.

Situé sur les coteaux argilo-calcaires de la Dordogne, à 3 km à l'est de Bretenoux, ce vignoble hérite d'une tradition viticole très ancienne. Les viticulteurs de ces communes ont créé une coopérative originale : ils achètent le matériel en commun, vinifient en commun et donc vendent tous le même vin, soit chez eux, soit à la coopérative.

Le vin de Glanes peut être bu jeune, il a alors une belle couleur rubis et un goût fruité, mais il peut aussi se garder facilement 5 ans. Ses arômes deviennent alors plus épicés et sa couleur plus soutenue.

Classé en vin de Pays, le vin des coteaux de Glanes mérite le détour.

 

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.